MENU

Contributions

Jean-François Grazi

président de Business Immo

Ecrire à Jean-François Grazi

Foncièrement innovantes

Les créations d’incubateurs, de trophées ou concours d’idées à destination des start-up voient le jour à l’initiative de nombreuses foncières membres de la FSIF.

Les foncières ne seraient, dans l’esprit de certains, que des sociétés d’investissement immobilier cotées. Certes, le statut de SIIC est essentiel dans le développement de leurs activités. Cependant, ces entreprises propriétaires d’immeubles de bureaux, de centres commerciaux, de logements, d’entrepôts, d’hôtels ou d’établissements de santé, sont des acteurs engagés de la vie dans la ville.


En effet, les foncières ont mis en place au sein de leurs équipes des processus de réflexion sur les effets de l’innovation dans leurs métiers mais également vis-à-vis de leurs clients. De fait, ces propriétaires immobiliers ont développé,très tôt la notion de qualité de service pour les occupants de leurs immeubles. Les SIIC sont allées jusqu’à prolonger leurs réflexions et leurs actions sur l’environnement, les transports ou la qualité de vie au travail. Notamment grâce aux foncières, l’industrie immobilière a pris à bras-le-corps le dossier de l’innovation, contrairement à d’autres secteurs d’activités qui n’ont pas vu venir l’uberisation de leurs métiers.


Acte fondateur


Tout n’a pas commencé ce mardi 17 novembre 2015, jour où la Fédération des sociétés immobilières et foncières (FSIF) a lancé sa commission innovation présidée par Bernard Michel, le président du conseil de surveillance de Gecina. Pourtant, ce fut un signe fort envoyé par les membres du conseil d’administration, présidé par Christophe Kullmann, à ses membres et à l’ensemble du secteur.


Dorian Kelberg, délégué général de la FSIF ,avait déclaré à l’époque : « L’industrie immobilière est aujourd’hui confrontée à des enjeux forts en matière d’innovation, dans un contexte de transition économique et énergétique. » Bernard Michel avait, quant à lui, souligné : « Cette commission innovation vise à mobiliser tous les acteurs économiques qui souhaitent relever les défis de l’innovation. Elle sera un lieu de rencontres et d’échanges entre cadres dirigeants des SIIC pour nourrir leurs réflexions et confronter analyses et expériences. Dans ce cadre, cette commission identifiera des thèmes et des experts capables d’apporter des éclairages prospectifs pertinents sur les enjeux qui vont impacter nos métiers et nos activités afin de promouvoir une réflexion commune et la mettre à disposition de tous. »


Désormais, l’innovation avec son lot d’interrogations, quelquefois anxiogènes, devient une priorité pour les SIIC.


Premier fait marquant, nombre de foncières ont créé un poste de directeur de l’innovation. Des groupes de travail et des laboratoires ont été mis en place au sein de ces structures.


Les résultats ne se sont pas fait attendre : initiatives à destination des start-up, travaux sur la vie au bureau, études des nouveaux usages ou des modes de transport du futur... Nous assistons dès lors à une effervescence d’idées et à une multitude d’actions inédites dans un secteur réputé pour son avidité de seuls résultats financiers. Certes, l’innovation doit améliorer in fine la performance des foncières, mais elle doit y parvenir en prenant en compte son environnement humain, social et écologique. Voilà qui, en soit, est une innovation.


Des start-up choyées


Longtemps ignorées de ce côté de l’Atlantique par les acteurs de l’économie, les start-up sont désormais l’objet de toutes les attentions. À l’instar d’autres secteurs, l’immobilier professionnel a compris tout l’intérêt de collaborer avec ces jeunes pousses, véritables laboratoires du futur.


Ainsi, les créations d’incubateurs, de trophées ou concours d’idées à destination des start-up voient le jour à 
l’initiative de nombreuses foncières membres de la FSIF. Unibail-Rodamco, première foncière en Europe, a été l’une des premières à investir le champ de l’innovation. L’une de ses récentes initiatives a été le lancement, en partenariat avec Engie, d’un appel à projets pour identifier des solutions innovantes de collecte, d’analyse et de restitution des modes de consommation dans les centres commerciaux de taille importante (plus de 100 enseignes ou boutiques), conformément notamment à la loi Grenelle 2 et à son décret : « Annexe environnementale ». Cet appel à projets s’adresse aux start-up, aux jeunes entreprises innovantes, mais aussi aux PME. Klépierre, autre acteur majeur de l’immobilier commercial, a lancé une plateforme d’innovation digitale afin de détecter les start-up qui révolutionneront le commerce de demain en créant le challenge « Let’s play with mobile Shoppers ». Les trois start-up 
lauréates pourront tester leurs solutions dans les centres Klépierre et bénéficieront d’un accompagnement sur les technologies Cloud Microsoft pendant six mois, via le programme « Pépinière Microsoft Azure ».


Toujours dans le domaine de l’immobilier commercial, la foncière Hammerson et Paris initiative entreprise (PIE) ont inauguré, en juin dernier, dans le centre commercial Italie Deux (Paris 13e) un pop-up store destiné à accueillir de jeunes entreprises souhaitant tester leur concept en centre commercial. Cet espace, mis à disposition de PIE par Hammerson, accueillera à intervalles réguliers un nouvel entrepreneur dans des domaines variés comme la mode, le design, l’alimentation, les cosmétiques ou encore le développement durable et l’économie circulaire. Hammerson et PIE seront également associés pour mettre en place la pépinière d’entreprises qui verra le jour au sein d’Italik, le projet d’Hammerson situé sur l’avenue d’Italie et lauréat du concours lancé par la Ville de Paris, « Réinventer Paris ».


Icade fait également figure de précurseur. Ses initiatives sont nombreuses : le Hub, un lieu de réflexion au sein de la foncière ; un lancement d’appel à projets, ou encore la Maison des Start-Up, ouverte récemment. Après plusieurs mois de travaux et de sélection, ce sont neuf start-up immobilières (Aikos, eGreen, Camberra Immo, Acvfit, NGine Networks, Green Power Solutions, Immo Factory, Xelan et Ecov) qui ont finalement pris leurs quartiers dans le nouvel incubateur privé de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Un seul mot d’ordre : l’innovation !


La foncière Poste Immo, filiale immobilière du groupe La Poste, et Start-Way, spécialiste du coworking à Paris et en Île-de-France, ont signé un accord de développement d’espaces de coworking qui fait passer l’offre Start-Way de 10 à 30 espaces de coworking dans des emplacements de premier plan sur tout le territoire.


Ces espaces pourront être enrichis des services développés par le groupe La Poste pour les entreprises.


L’innovation au service du marketing


Rappelons-le, l’innovation n’est pas que technologique. La relation avec le client est également à l’ordre du jour. Pour ne pas l’avoir compris plus tôt, les hôteliers et les compagnies de taxis se trouvent aujourd’hui dans la tourmente et mis à mal dans leurs modèles économiques. Le promoteur de logements Cogedim a ouvert le 21 juin dernier un commerce flagship à Bercy Village, dans le 12e arrondissement de Paris. Entre showroom et boutique, le Store Cogedim transforme la présentation de son offre de logements neufs grâce à une approche pédagogique : il met en scène le plus fidèlement possible des appartements T2 et T3 reproduits à taille réelle, afin de permettre au visiteur de se projeter dans son futur logement. Dans la même veine, en plus des traditionnels catalogues de programmes et autres échantillons, présentés dans une galerie de choix de 150 mètres carrés, il propose une salle de réalité virtuelle et un configurateur sur tablette tactile, développé au sein d’AltaFuture, la cellule d’innovation lancée l’an dernier par Altarea Cogedim.

La vie dans le bureau de demain


Qui dit propriétaires, dit locataires. Les foncières ont vite compris l’intérêt d’apporter à leurs clients un maximum de qualité de services. L’innovation consiste désormais à anticiper les besoins de celles et ceux qui travaillent dans ces immeubles de bureaux. Les foncières ont donc réalisé des études sur les conditions de vie au bureau et les desiderata des salariés des entreprises locatrices.


Le bien-être au travail n’est envisageable que si l’immeuble de bureau intègre – dès sa conception – cette notion indispensable à la performance et donc à la croissance. Ainsi, dans le cadre de sa stratégie d’innovation sur le bureau urbain, Gecina lance une expérimentation d’aménagements innovants sur son siège parisien pour tester de nouvelles pratiques de travail, afin de proposer des espaces optimisés à ses clients. Les nouveaux espaces, inaugurés le 23 mai dernier, ont été conçus en fonction des besoins et usages des utilisateurs : postes individuels, espace collaboratif, salle silence, salle de brainstorming, petites salles de réunion, espace détente et modules repos. Gecina met en place une solution de télétravail en donnant à ses collaborateurs le choix de travailler au bureau, à domicile ou dans un tiers-lieu, selon des modalités définies collectivement.


La Société Foncière Lyonnaise (SFL) édite, pour sa part, le baromètre Paris Workplace, avec l’Institut français d’opinion publique (Ifop), qui compare les espaces de bureaux à Paris et à Londres. Après avoir questionné 2 876 salariés sur leur perception du lieu où ils travaillent, l’Ifop est catégorique : la Ville Lumière n’a pas à envier sa rivale britannique en matière d’attractivité. Innovant, non ?


À noter également, l’initiative de Foncière des Régions, qui a réalisé une étude intitulée « Économie de partage et espace de travail, le regard des salariés européens ». L’objectif de cette dernière est de dresser un état des lieux des usages de l’économie de partage et de tester la propension des répondants à projeter ces usages sur l’espace de travail. Pour ce faire, l’étude a été menée sur cinq pays européens : la France, l’Italie, l’Allemagne, les Pays- Bas et le Royaume-Uni.


Mettre en lumière les acteurs innovants


Cette énumération d’initiatives, hélas incomplète par manque de place, a pour résultat de mettre en lumière la prise de conscience des foncières en matière d’innovations. Cette réaction en chaîne a créé des espaces d’échanges et de réflexion collaborative entre les différents acteurs de l’industrie immobilière. C’est aussi ça, l’innovation.

C’est ainsi qu’en début d’année a été lancé, à l’initiative de Business Immo et de l’IEIF, le Club Innovation & Immobilier, qui propose de réunir des acteurs de l’industrie immobilière et d’autres secteurs d’activité autour d’une idée simple : échanger sur le thème « innovation & immobilier ». Le succès a été immédiat, grâce notamment aux foncières qui ont répondu présentes. Parmi elles : Altarea Cogedim, Foncière des Régions, Gecina, Generali Real Estate, Groupe Atland et Icade. Tous ces membres de la FSIF ont donc accepté de s’ouvrir à d’autres métiers et d’autres secteurs économiques afin de partager leurs travaux, initiatives et réflexions en matière d’innovations.

Le procès d’un secteur immobilier replié sur lui-même n’est, à l’évidence, plus d’actualité. La FSIF mettra en lumière, lors de la prochaine édition des Trophées des SIIC, les initiatives innovantes de ses membres en matière d’innovation. L’innovation n’est donc pas une fatalité. La question est plutôt de savoir 
comment faire vivre cet état d’esprit et mettre en lumière toutes ces initiatives issues de l’industrie immobilière. La réponse est évidente : en étant foncièrement innovants.

Toutes les contributions