MENU

Contributions

Thomas Le Diouron, co-fondateur, Immowell-Lab

Philippe Boyer, directeur de l’Innovation, Foncière des Régions

Foncière des Régions et Immowell-Lab 
dans les starting-blocks

Fidèle à sa culture partenariale et à sa logique d’ouverture, Foncière des Régions a initié 
un partenariat avec l’accélérateur de start-up Immowell-Lab dédié à l’innovation dans le domaine de l’immobilier, du bâtiment et du bien-être des occupants. L’objectif est double : d’une part, soutenir des start-up innovantes spécialisées sur des thématiques liées à la ville durable 
et, d’autre part, être à l’avant-garde des nouvelles idées et techniques qui permettent d’imaginer et de concevoir l’immobilier tertiaire et la ville de demain. Sans oublier de toujours renforcer 
les passerelles entre ses équipes et le monde de l’innovation.

Business Immo : Pour quelles raisons avez-vous noué ce partenariat avec l’incubateur Immowell-Lab ?


Philippe Boyer : L’innovation est désormais une dimension importante pour garantir la pérennité de nos immeubles. Or, notre secteur met souvent du temps pour s’adapter au changement alors que la technologie, souvent portée par des start-up, est en évolution constante et bouscule nos modèles économiques. Avec ce partenariat, nous avons souhaité ouvrir le champ des possibles tout en professionnalisant notre relation avec les start-up.

Thomas Le Diouron : Immowell-Lab regroupe un potentiel de plus de 130 start-up spécialisées dans les métiers du bâtiment, de l’immobilier et du bien-être au travail. Le partenariat avec Foncière des Régions permet d’ouvrir à ces start-up de nouveaux horizons d’expérimentations centrés sur les nouveaux usages immobiliers et la concrétisation de projets pilotes.

BI : Quel est votre mode opératoire ?


PB : Pour travailler avec des sociétés qui ont des profils très différents et avec lesquelles nous allons progressivement initier des projets, on doit apprendre à se connaître et à s’adapter l’un à l’autre. Ces jeunes entreprises ont des modèles culturels et une vitesse d’exécution différents des nôtres. Si Foncière des Régions offre à ces innovateurs un gigantesque champ d’expérimentation immobilier, il faut veiller à ce que ces partenariats (ce sont les fameux « POC », « proof of concept ») entre un grand groupe et des start-up trouvent rapidement des cas précis d’application qui permettent de tester et de lancer de nouveaux services ou applicatifs technologiques. Pour que cette collaboration 
réussisse, la clé c’est d’être à la fois pragmatique et rapide.

TLD : Une des raisons d’être de l’incubateur Immowell-Lab c’est justement 
d’accompagner cette relation complexe – avec ses réussites mais aussi ses difficultés – entre grands groupes et start-up : la vraie innovation ne réside pas dans le test mais dans le déploiement opérationnel de l’offre de la start-up, c’est-à-dire la validation que l’offre fonctionne et que le business model est adapté. Notre rôle est de faciliter et d’accélérer la découverte mutuelle entre ces deux mondes et de rassurer par notre accompagnement chacune des parties sur les craintes légitimes qu’elles peuvent avoir l’une vis-à-vis de l’autre en les encourageant à collaborer.

BI : Les start-up avec lesquelles vous travaillez sont-elles toutes technologiques ?


PB : Il est vrai que l’image des start-up est souvent associée à de la technologie : des algorithmes qui pilotent des applications, des technologies de pointe conçues dans des labos… Cette image est celle que l’on a en tête dès que l’on parle d’innovation et de start-up. Pourtant, ce n’est pas systématiquement le cas et c’est tant mieux ! Au sein de l’incubateur Immowell-Lab, nous voyons bon nombre de jeunes pousses qui ont choisi de se concentrer sur notre secteur en l’abordant sous l’angle des services et du bien-être apporté aux occupants. Ces sujets sont en train de prendre une grande importance auprès de tous les salariés et des directions immobilières. Se sentir bien au bureau, pouvoir utiliser des services pratiques (conciergerie, mobilité, alimentation, végétalisation…) qui facilitent le quotidien… Nous sommes persuadés que les bâtiments de demain intégreront un mix entre nouvelles technologies et services procurant un supplément de bien-être et de confort.


TLD : L’immobilier est naturellement le reflet des mutations sociétales, aussi bien au bureau qu’à la maison : travail collaboratif, mutualisation (colocation, coworking), bien-être, performance énergétique, végétalisation… Cela dépasse la simple technologie – même si le digital la rend plus accessible –, et nombre de start-up développent des solutions 
prometteuses encore émergentes. La manière dont les acteurs de l’immobilier sauront intégrer ces solutions pour apporter des réponses adaptées à leurs occupants définira les leaders de demain.

BI : Et au sein de Foncière des Régions ?


PB : Nous attachons beaucoup d’importance à ce que cette démarche d’innovation soit comprise et partagée par l’ensemble des collaborateurs du groupe. Il faut expliquer ces nouvelles formes de partenariats tout en les démystifiant. Pour cela, il faut faire participer les équipes aux comités de sélection des start-up proposées par Immowell-Lab, organiser des séances internes de pitchs… sans oublier la tenue de comités de direction dans les locaux de l’incubateur afin que le top management de Foncière des Régions soit aussi le porteur de ces messages d’innovation ouverte.

Toutes les contributions